Manifeste fondateur

Texte fondateur de Culture & Démocratie, le Manifeste de Culture & Démocratie / Kunst en Democratie a été présenté à la presse en octobre 1993 et a rallié ensuite de nombreux signataires culturels et politiques.

Estimant

  • que les arts et la culture participent de manière essentielle à l’existence d’une société civilisée et contribuent à la sauvegarde de son identité;
  • que dans une société trop exclusivement préoccupée sur l’aspect matériel de son bien-être, ils constituent un contrepoint qualitatif fondamental;
  • que les énergies intellectuelles et sensibles qu’ils déploient alimentent en profondeur la vitalité d’une démocratie;
  • que la résurgence du racisme et d’autres formes d’exclusion impose plus que jamais l’exercice de la tolérance qui est au cœur de tout acte artistique véritable;
  • que les difficultés des finances publiques ne devraient plus affecter les aides à la culture, au risque d’hypothéquer le devenir de notre société;

 

  1. Nous demandons que le volume global du financement public de la culture, État, régions et communautés confondues, atteigne au moins 1% des budgets d’ici l’an 2000.
  2. Les villes et les communes ont un rôle culturel essentiel, en particulier sur le plan de la décentralisation et de la démocratisation. Or, on constate que trop souvent les dépenses culturelles communales ont été considérablement réduites parce que considérées comme facultatives. C’est pourquoi nous demandons l’inscription d’un article culturel dans les dépenses obligatoires des communes.
  3. Nous demandons que la sensibilisation aux différentes formes d’expression artistique soit partie intégrante des programmes de l’enseignement général, de la maternelle à l’enseignement supérieur.
  4. Nous demandons que tout soit mis en œuvre pour que, dans le respect des identités culturelles de chaque communauté et des groupes qui les constituent, des formes de collaboration concrètes entre communautés puissent continuer à se développer au bénéfice de tous. Ceci implique de faire sauter les blocages politiques et institutionnels qui aujourd’hui s’y opposent.
  5. Nous rappelons en outre qu’à l’heure où les sociétés occidentales connaissent une grave crise de l’emploi, les activités artistiques sont directement créatrices d’emplois et qu’elles contribuent à la qualité de l’environnement social et économique.

 

Nous sommes parfaitement conscients que notre société se trouve aujourd’hui confrontée à des problèmes sociaux et économiques considérables; non seulement nous ne nions pas ces problèmes, mais nous sommes convaincus que les solutions passent notamment par un développement culturel démocratique. Il n’est pas contradictoire de lutter à la fois contre le processus de paupérisation et pour le renforcement d’une vie culturelle dynamique. On peut estimer que l’investissement culturel est une condition sine qua non du développement économique et social.

Une société vit de sa capacité à se remettre en cause, à se repenser en fonction des réalités qu’elle rencontre et des objectifs qu’elle se fixe. Dans ce permanent effort de renouvellement, les activités artistiques et particulièrement la dynamique de création qui est à leur principe, occupent une position vitale. C’est pourquoi nous attendons des hommes politiques, tous niveaux confondus qu’ils manifestent publiquement leur soutien aux propositions qui précèdent.

Septembre 1993

bruxelles  
Suivez-nous :