- 
Édito

Édito

Pierre Hemptinne, directeur de la médiation culturelle à PointCulture
Sabine de Ville, présidente de Culture & Démocratie

25-09-2018

Le travail définit beaucoup plus que nous ne le pensons notre itinéraire de vie.

L’absence de travail suscite des problèmes d’identité, d’équilibre émotionnel, de survie économique et d’intégration sociale. Et quand travail – salarié – il y a, l’essentiel du temps humain est alors régi par un contrat qui fixe des objectifs de production de plus en plus strictement évalués. Lieu de réalisation de soi ou lieu de souffrances de plus en plus tangibles, le champ du travail est traversé par un évident malaise. Il signe l’épuisement d’un modèle culturel asservi à une croissance économique dont les fruits sont inégalement répartis. Croissance, du reste, de plus en plus fantomatique et écologiquement nocive.

En-dehors, à côté ou au cœur de cette logique, certains métiers ou secteurs – notamment ceux de la création, de la culture et du soin – échappent encore, mais de moins en moins, au productivisme. Ils créent des biens immatériels, du non-mesurable qui se joue des évaluations quantitatives. Ils révèlent que le travail, en tant que créativité ordinaire, dépasse ce que fixe le contrat de travail. Ainsi, les activités non-marchandes déployées hors du champ du travail contractualisé – ce que l’on nomme « l’autre travail » – font émerger çà et là une puissante dynamique sociale capable de transformer notre modèle. Ces activités régénèrent peu à peu, là où elles se déploient, ce que détruit l’entropie consumériste.

La collaboration entre Culture & Démocratie et PointCulture, deux asbl aux profils spécifiques mais complémentaires, se noue autour de cette thématique : penser/repenser le travail pour nourrir la réflexion et l’action. Elle s’organise en deux axes : une saison d’activités construite par PointCulture et baptisée Le Travail (conférences, expositions, projections de films, ateliers et débats), et, fondement de cette saison et de ces multiples activités, le Journal de Culture & Démocratie, véritable aiguillon réflexif et prospectif.

Son dossier explore ce que travailler veut/devrait dire. Il propose des repères théoriques et expérientiels, des perspectives et du recul pour échapper à la pression univoque du fameux « jobs, jobs, jobs » !

La table des matières s’ouvre notamment avec une analyse des liens rarement explicités, entre travail et démocratie. Suivent une réflexion sur les relations entre travail et numérique, des retours d’expériences sur d’autres formes d’organisation du travail, des approches critiques sur le rôle des artistes dans la recherche-action, des restitutions de regards artistiques sur l’univers du travail, un point de vue de syndicaliste différent de ceux que relaient à l’envi les médias grand public, une sélection de films pour mieux voir ce qui se joue dans les usines et les entreprises, bref, un voyage multiple au cœur des interrogations et des réinventions à l’œuvre aujourd’hui dans le champ du travail.

Bonne lecture !

Image : ©Merkeke, Travailleur universel, étude, 2018

Articles Liés