14 Résultats
Olivia Sautreuil
Marcelline Chauveau
Pour créer la série d’images du Journal de Culture & Démocratie n°56 sur les rituels, Olivia Sautreuil, dessinatrice et sérigraphe, est partie d’une réflexion sur le temps et sur la façon dont celui-ci ritualise nos journées à partir du livre River of Shadows: Eadweard Muybridge and the Technological Wild West de Rebecca Solnit. Elle s’est aussi intéressée au Kibbot Kift, un mouvement du XXème siècle opposé à la vision militariste de certains groupes scouts, dont l’univers et les pratiques rituelles mêlaient mythes, artisanat et art de la vie dans la nature. Comment s’émanciper de l’ordre par l’invention de nouvelles ritualités ? Finalement, l’univers de l’enfance est omniprésent dans cette série d’images, univers familier pour Olivia qui travaille régulièrement pour l’édition et la presse jeunesse. Comment les enfants s’approprient-il·elles les objets du quotidien en les détournant pour apprendre et pour imaginer d’autres possibles ?
Lire la suite
Parole et Dominique Mangeot
Sébastien Marandon
« J’imagine un livre conçu comme un théâtre mais délabré, où tous les actes du drame seraient livrés simultanément, discontinûement, et en désordre. C’est là que parait un vieux peintre, assailli de voix étranges, contradictoires, interrompues par des visions. Le réitératif et le décousu est la tournure de sa pensée et, s’il émet quelques finesses d’observation sur son art, le ressassement est la forme d’attaque par laquelle son esprit se cherche », dit Mallarmé dans Divagations.
Lire la suite
Joseph Obanubi
Joseph Obanubi est né à Lagos (Nigeria). Après des études de design graphique, il a travaillé un temps comme directeur artistique dans la publicité avant de se consacrer entièrement aux arts visuels à partir de 2018. Ses travaux mêlent la photographie aux images digitales qu’il colle et superpose, composant des « bricolages visuels » de sujets isolés qui « participent à reconstruire une autre réalité dans une esthétique Afro-futuriste ». C’est l’une de ses créations qui figure sur l’affiche du festival Africa is/in the future, programmation artistique multidisciplinaire initialement inspirée par le courant et l’esthétique afro-futuristes, à laquelle Culture & Démocratie a collaboré en 2020 et 2021, et de nouveau cette année alors que le thème de l’édition 2022, « Adventures in Speculative fiction », rejoint en partie celui du dossier «Récits» tout récemment paru. Nous lui avons adressé quelques questions en lien avec ce dossier, autour de sa manière de pratiquer la fiction spéculative.
Lire la suite
Joanna Lorho
Marcelline Chauveau
Les images qui accompagnent ce Journal, ont été spécialement créées par Joanna Lorho.
Lire la suite
Louis Pelosse
Maryline Le Corre
Les images qui accompagnent ce Journal, ont été exclusivement conçues par Louis Pelosse, inspiré par la thématique du dossier : le temps.
Lire la suite
Benjamin Monteil
Thibault Scohier
Le paysage n’est plus un sujet en vogue. Alors qu’il a été, de la Renaissance au XIXe siècle, l’un des principaux thèmes de la peinture, réinventé toujours par les écoles qui se succédaient, on lui préfère de nos jours d’autres territoires, plus abstraits ou plus intérieurs. Le travail de Benjamin Monteil lui redonne sa centralité, explore son héritage, tout en lui appliquant un traitement tout à fait neuf et propre à l’époque.
Lire la suite
Marine Martin
Renaud-Selim Sanli
Si le tatouage n’est pas à proprement parler un phénomène de masse, il se popularise à vitesse grandissante et les salons de tatouage fleurissent dans les rues des villes européennes. On compterait aujourd’hui 10 % de la population française tatouée et 15 % pour les États-Unis. Il est donc indéniablement devenu un vecteur important d’expression des cultures populaires. Marine Martin, dont les dessins parsèment ce numéro, est tatoueuse chez Purple Sun, salon qu’elle a co-fondé dans le quartier des Marolles en 2015.
Lire la suite
Tendre à une écriture collective des territoires
Entretien avec Axelle Grégoire
Les cartes qui accompagnent cet article sont, pour la plupart, issues de l’ouvrage Terra Forma. Manuel de cartographies potentielles, écrit à six mains par Frédérique Aït-Touati, Alexandra Arènes et Axelle Grégoire, et paru aux éditions B42. Face au constat de l’invisibilisation du vivant dans la cartographie traditionnelle, les autrices entreprennent de questionner la carte comme outil de représentation du monde. L’objectif n’est pas ici de remplacer les cartes traditionnelles mais de proposer de nouveaux points de vue – sept modèles – sur cet outil. Ce travail résonne avec la thématique de ce hors-série, le chez-soi étant ici entendu comme la perception du vivant, de son « terrain de vie ». Nous avons questionné Axelle Grégoire sur cette nécessité de redevenir acteur·ices de l’écriture de nos territoires.
Lire la suite
Des images en parallèle Le Medex
Renaud-Selim Sanli
Comment croquer sans figer l’espace-temps déjà si souvent statique de conférences, qui plus est portant sur le thème de l’exil ? À cette difficulté, les quatre dessinateurs et dessinatrices du Medex se sont frotté·es et offrent tour à tour un contrepoint qui en démultiplie les perspectives.
Lire la suite
Annick Blavier
Maryline le Corre
Annick Blavier l’indique tout de go sur son site internet : « La technique n’a jamais été pour moi un but mais un moyen. » De fait, quelle que soit la technique utilisée, le sujet de l’œuvre d’Annick Blavier est la trace, la mémoire et le décalage. Ses croquis, dont certains accompagnent ce Journal 51, s’inscrivent donc naturellement dans cette volonté de circonscrire un moment, une sensation.
Lire la suite
Françoise Pétrovitch
Sabine de Ville
Le Centre de la gravure et de l’image imprimée a exposé Françoise Pétrovitch en 2018. Une exposition intitulée À vif, titre pertinent au regard du travail incisif et puissant développé par l’artiste.
Lire la suite
Emine Karali
Thibault Scohier
Comment partager la différence, la transmettre et donner vie à ses expressions ? C’est la question qu’Emine Karali explore dans les œuvres qui illustrent ce numéro du Journal Culture & Démocratie.
Lire la suite
On les imagine dansant
Entretien avec Emine Karali
Emine Karali a grandi avec pas mal d’étiquettes, des identités qu’elle ne s’est pas choisies. Dans son travail d’illustratrice, dessiner des masques lui permet de brouiller les pistes : plus de visage ou de genre identifiable mais des identités multiples que chacun·e reconnait selon son cœur. Elle imagine des histoires qui interrogent nos représentations de l’Autre et invite chacun·e à en inventer.
Lire la suite
Éliane Fourré et Merkeke
Rédaction
Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas un mais deux artistes qui ont accepté d’accompagner les textes de ce numéro du Journal de Culture & Démocratie sur le travail.
Lire la suite
bruxelles  
Suivez-nous :