6 Résultats
Édito
La rédaction
Pour beaucoup, il aura fallu le contexte de la pandémie, avoir été séparé⋅es des habitudes qui font nos chemins quotidiens, séparé⋅es des autres aussi malgré l’omniprésence d’une communication virtualisée, pour prendre conscience de la complexité des espaces que nous habitons.
Lire la suite
Cachot
Latifa
Le monde pénitentiaire, et par extension le monde carcéral, est une forme d’impensé au sein de nos démocraties. Pourtant, il est non seulement en porte-à-faux vis-à-vis de l’idéal qui caractérise les sociétés libérales, la liberté par la liberté de mouvement, et il est en plus l’élément pivot de la régulation de la violence sociale. Monde forclos, fantasmé, à l’abri des regards, source en retour d’une très grande violence sociale, physique et mentale. Le Genepi Belgique est une association qui a pour conviction de décloisonner le monde carcéral, de le rendre de plus en plus poreux afin que la société civile puisse non seulement voir et comprendre ce qui s’y passe mais aussi pour que nous puissions apprendre, depuis cet univers somme toute assez expérimental en termes d’organisation des hommes et des femmes, sur ce qui souvent se diffuse dans la société civile. C’est ainsi qu’est né le journal La Brèche, dans une optique de diffusion et de transmission matérielle de savoirs, de pratiques, témoignages et analyses d’un côté comme de l’autre des murs des prisons − ou des barrières invisibles des nouveaux dispositifs du pénal (bracelets, etc.). La Brèche n’entend pas démêler le vrai du faux mais plutôt démultiplier les perspectives de ceux et celles qui, d’une manière ou d’une autre, sont pris·es et affecté·es par l’enfermement (chercheur·ses, familles, détenu·es, travailleur·ses…). En mars 2020, alors que le confinement venait d’être décrété, une telle transmission est apparue plus que jamais comme une nécessité. La population du « dehors » faisait l’expérience inédite en démocratie libérale d’un confinement de plusieurs mois. Les analogies avec la situation carcérale fleurissaient alors que le confinement venait justement redoubler l’enfermement pénitentiaire (conditions sanitaires, absence de visites, etc.). C’est dans ce contexte que La Brèche a décidé de composer un numéro sur la spatialité carcérale, rappelant que si la peine est une temporalité, elle est avant tout une réorganisation spatiale : une cellule de béton de 9m2, un monde plat, sans aspérités. Des lieux qu’on replie dans l’invivable de celles et ceux que la société considère « invivables ». Mais − et c’est là où se relève le problème le plus essentiel peut-être − ce monde invivable, des gens y vivent pourtant. Que dire de toutes ces voix et ces vies qui y insistent, résistent, attendent, se font et se défont malgré tout ? Le poème de Latifa, extrait de ce numéro de La Brèche (poème initialement paru dans Paroles détenues, un fascicule publié en 2017 par l’asbl Barricade), décrit leurs territoires, leur dureté mais aussi dans l’expérience de la trace elle-même, une infime lucarne vers l’extérieur, pour l’extérieur.
Lire la suite
Ex pression
Jampoétik
Au beau milieu de sa course, un spermatozoïde se demande si la bataille qu’il s’apprête à livrer pour parvenir jusqu’à l’ovule qu’il vise, en vaut vraiment la peine : « J’ai eu vent de bien sombres nouvelles quant au monde qui s’apprête à m’accueillir, se dit-il, il va me falloir sans cesse donner des preuves de mon désir d’appartenir à ce monde dont on dit qu’il est cruel, c’est peut-être le moment maintenant de ne pas me fatiguer trop… »
Lire la suite
Fils d’Arabe
Zaïneb Hamdi
Un poème de Zaïneb Hamdi
Lire la suite
Quand une scribe glane à la volée la parole d’or des conteur·ses
Laurence Vielle
Le 11 septembre 2019 à La Bellone a eu lieu une rencontre « Aux sources de l’oralité » organisée pour les 15 ans de la Fédération de Conteurs Professionnels  j’en fus la scribe, j’ai reçu dans ma plume, mon cœur, les mots de Bernadette Bricout, Boubacar Ndiaye, Regina Machado, Churla Flores. La parole qui se dit, qui se partage, qui se transmet, qui réveille les morts, qui parle aux papillons, au ciel, à la terre, je l’ai ressentie à travers leurs mots que j’avais tissés ce jour-là pour en faire une toile. En relisant aujourd’hui cette toile de leurs mots, j’en ressens encore les vibrations, je vois encore leurs visages qui nous parlent, leurs présences stupéfiantes, tendres et englobantes. Ainsi, j’en reprends ici quelques lumineuses fibres en les remerciant.
Lire la suite
Monde-Chœur, qui chante encore ?
Milady Renoir
Le 23 avril 2018, pendant l’émission de radio « Langues & Hospitalités » proposée par Culture & Démocratie, animée par Caroline Berliner et enregistrée au théâtre de la Balsamine de Bruxelles, diffusée sur Radio Panik, Milady Renoirn a été invitée à écrire en directn son ressenti poético-politiquen à l'écoute des interventions de plusieurs participant·e·s, autant premier·e·s concerné·e·s, qu’acteur·trice·s de terrain, qu’observateur·trice·s. La question protéiforme de l’hospitalité, de l’exil était le fil rouge.
Lire la suite
bruxelles  
Suivez-nous :